Contre la guerre (en anglais)

Par défaut

Christine Delphy : Against war

by Christine DelphyOpening Statement, January 15, 2016 at an anti-war meeting held in Paris.

The state of emergency was declared because since November 13, France has been at war, declared French president François Hollande – on November 13 at 23h45.

But France is no more at war than it was the day before, or a year before. It has been bombing Iraq since 2014, and Syria since September 2015.

Since November 13, the idea of war has been used as a way to provoke a general state of panic – a quiet, albeit panicky, panic.

The [Paris] killings stunned the nation, which did not realize it was threatened – it did not even know that France was bombing Iraq and Syria. So it was easily misled by the State, which claimed that France would begin bombing ISIS in retaliation for these killings – because ISIS had attacked us.

But as horrible as ISIS may be, it did not attack France first.

Yet Hollande claims that « Since we are at war, and especially since this is because we were attacked in a ‘cowardly’ and ‘barbaric’ fashion ‘at home’, we will ‘retaliate’. » All the terms used to describe the killings and the ensuing war show a double standard. Of course the killings were awful. One is hard-pressed to find killings that aren’t.

Yet apparently they do exist. Those waged by the French Air Force are seemingly not killings, but « collateral damage”. Public opinion is taken in by the notion that these are two clearly distinct phenomena.

For we are still steeped in a colonial way of thinking – the idea that we have the right and duty to deliver justice anywhere in the world. And the government is banking on this structural double standard, this outlook.

It has also relied on the fact that, since Vietnam, there are no longer pictures nor stories of the killings caused by our bombing. No individuals under the bombs. No evidence of murders. Not even statistics.

On the other hand, the consequences of the November 13 attacks « at home » were documented extensively – stories of survivors, emergency crews, firefighters and police officers were sought out, recorded, broadcast continuously on every TV channel, printed in every newspaper. Then, once all the news stories and eyewitness reports dried up, they published the pictures of the dead and their life stories. Two months later, commemorations began.

A whole country was occupied, fascinated and mesmerized by the narrative of this violence, to which heart-rending new details were relentlessly added. There was an overwhelming feeling that we owed something to the dead, those poor dead whose lives we could not save. Like those who witnessed their deaths and wondered aloud why they had been spared, we experienced survivors’ guilt. The spirit of revenge, which requires no invitation, arose. And despite warnings against equating the killers with all Moslems, the spirit of « If it is not you, then it must be your brother” resurfaced, exacerbating an already thriving post-colonial racism.

The government organized all of this very quickly: it took mere minutes to go from « they have declared war on us” to « the state of emergency” – and only days between the state of emergency decree to its extension by the French Parliament in a near-unanimous vote.

And while the government went full speed ahead, we ourselves moved very slowly. Distraught, stunned, we had become a population with leaden feet. We did not protest the extension of the state of emergency: could it be that challenging its necessity would have shown a lack of compassion, an unacceptable cold-heartedness in this time of mourning?

The lightning speed with which the State implemented changes (changes that it is hard to imagine were conceived so quickly) is in sharp contrast to how slow we were to « take stock »– of the attacks, of the dead, of the state of emergency, of the ban on meetings. All of this ‘taking stock’ came slowly, with difficulty, and when we understood what was being done to us, it was too late to protest.

On November 15, an air strike against ISIS in Syria was announced. Another the next day and another the day after. Then, nothing. Has the Air Force ended its strikes? We have no idea, and no one is protesting this lack of information.

From the onset, on November 13, Hollande announced that the Paris attacks were terrorist assaults by ISIS. The first – and foundational – lie of this whole period was, “We are under attack”. The victims are innocent, we are innocent, the country is innocent, the government is innocent.

Who would say otherwise? On Sunday the 15th, three stars of French politics did it on TV: Fillon, Bayrou and Villepin. They stated as a given that the terrorist attacks were in response to the French bombing of Iraq and Syria. Because yes, it was France that started it – since exactly September 27 in Syria, and Fall 2014 in Iraq. France is bombing these countries as part of a coalition that includes the US, Saudi Arabia, Qatar and a few other Gulf states.

Yet no one from the government – not the head of State, not the Prime Minister nor any socialist – has acknowledged or implied this.

Of course, we can’t entirely erase the words that a witness to the Bataclan attack heard an assailant shout: « We are here to avenge the people you kill in Syria. » But no one – no politician or journalist – comments on this statement. The utterance of a barbarian is not speech, it is an inarticulate sound, the growl of a beast, mere noise.

The press did mention France’s initial bombing of ISIS last September, but only anecdotally. The item did not garner attention because of the discrete way the bombings are presented – but also because we are accustomed to seeing France impose order on its former colonial empire. And since January 2013 France has continued to bomb and commit « targeted killings » in all of the Sahel region, without anyone batting an eyelid.

Why? For what purpose? With what justification? That is the question, not only in relation to the reprisals for the Bataclan attacks, but for all other « opex » (External Operations) carried out since January 2013. This includes Operation Serval 1 then Serval 2 in Mali, later renamed Operation Barkhane to suggest it was a different operation and to hide, as a soldier said, that « we are here for a long time »; Sangaris in the Central African Republic – a « humanitarian » operation supposedly aiming to prevent sectarian massacres but that has prevented nothing; Chammam in Djibouti, which no one has heard of; and France’s entry into the anti-ISIS coalition in 2014, which no one has heard of either, because one must maintain the lie that France is acting alone, like a grown-up.

According to Le Monde journalist David Revault d’Allones, no one understands why Hollande has become such a firebrand – even within his own government. A few facts might explain his transformation.

There are two positive outcomes of these wars: first, the unmarketable Rafale fighter jet, which had been sitting on a shelf for over a decade, has finally been sold. French Minister of War Le Drian has bundled off 25 of them to both Egypt and Qatar, two democratic states. The other outcome is that each time François Hollande strikes, his ratings go up (and then fall again almost as fast). Another factor favouring war, according to the same journalist: Hollande appreciates the fact that when he presses a button, paratroopers hit the target within six hours. This is what made the « taking » of Timbuktu, in 2013, the « most beautiful day of his political career”. Yet when he orders the other ministers to « reverse the unemployment curve”, things don’t move this quickly; indeed, they don’t move at all.

There is a fourth factor at play, as childish or megalomaniacal as it may seem. Hollande’s Louis-XIV posture of maintaining France’s “rank” as « a world power” is as important as his desire to keep African uranium for French multinational Areva. But as Hubert Védrine commented, « We are a chimerical country, whose claim to global reach is increasingly ridiculous for lack of means. » How many deaths will it take before this chimera is abandoned?

This war has produced many other results. First, obviously, are the « terrorist » attacks on French soil. However, « no one expected them » (the government did). All the countries of the world are supposed to accept incursions by Western powers who claim the right to topple the governments of other nations, to bomb their populations and leave them in ruins and civil war, while maintaining that their own country and their own people are hallowed ground, that it is inconceivable for « others » to dare attack them.

And yet it happens.

The November attacks are the consequence of bombing Syria. Everything has been done to deny what was, on November 15, obvious to Fillon, Bayrou and Villepin, although since then they have fallen silent. This denial has assumed absurd proportions, including the following statement: « The attacks are not because of what we do, but because of what we are. » This has earned us a definition of « what we are”: since November, Frenchness is « drinking beer on a terrasse”. Drinking beer in a sidewalk café is no longer an action, a behaviour, a pastime or an expense: it is an essence. At long last, we have what we were searching for: a national identity.

In order to continue this war, the State must make it out to be a new war, not a war that has been going on for over a year in Syria, and much longer in the Middle East as a whole.

A more serious war, and therefore a new one. One that changes everything. That legitimizes changing everything. To justify the state of emergency and the programmed demolition of the rule of law. While the state of emergency, in turn, becomes proof of the urgency and need for war.

War and the state of emergency are the two indivisible components of the state which the State has put us in.

Christine Delphy

Original version on her blog :

Bibliographie :

*The Main Enemy, 1W.R.R.C.P., London, 1977 [1]

*Close to Home London, Hutchinson, & The University of Massachusetts Press, 1984[1]

*Familiar Exploitation: A New Analysis of Marriage in Contemporary Western Societies, avec Diana Leonard, Oxford, Polity Press, 1992

*L’Ennemi principal 1, Économie politique du patriarcat, Syllepse, « Nouvelles Questions féministes », 1998.

*L’Ennemi principal 2, Penser le genre, Syllepse, « Nouvelles Questions féministes », 2001.

*Avec Sylvie Chaperon (dir.), Le Cinquantenaire du Deuxième Sexe, Syllepse, 2002.

*Classer, dominer, Qui sont les « autres » ?, La Fabrique, 2008.

*Un universalisme si particulier, Féminisme et exception française, Paris, Syllepse, 2010

*Un troussage de domestique (dir.), Paris, Syllepse, 2011

*Separate and dominate: Feminism and Racism after the War on Terror, Verso, 2015.

*Pour une théorie générale de l’exploitation : des différentes formes d’extorsion de travail aujourd’hui, Paris : Éditions Syllepse ; Québec : M éditeur, 2015.

La terre, les morts et nos ancêtres

Par défaut

La terre, les morts et nos ancêtres. Retour sur une obsession d’extrême droite, par Sylvie Tissot et Christine Delphy



« Dès que l’on devient français, nos ancêtres sont gaulois », a déclaré Nicolas Sarkozy, suscitant un déluge de protestations : nos ancêtres sont bien plus nombreux et divers que « les Gaulois » lui a-t-on fait savoir de partout. Ces protestations sont insuffisantes. Ce sont les termes mêmes du débat qu’il faut dénoncer.

« Nos ancêtres, les Gaulois » : la construction de ce mythe de l’histoire de France a déjà été étudiée. Il est contemporain d’une République qui s’impose sur la base d’un récit glorieux, qui vise à effacer l’humiliation de la défaite face à la Prusse en 1870, et annonce la conquête coloniale célébrée par les Républicains. En tant que mythe, il repose sur la sélection de faits, la célébration de dates, la vénération de héros – tout ce qui favorise les déclarations du type de celles qu’on a entendues dans la bouche de Nicolas Sarkozy, dénoncées par plusieurs historiens comme autant de « contre-vérités ». La construction de ces mythes est bel et bien une « invention ».

Pourtant se limiter à corriger des erreurs historiques sur la base d’un savoir universitaire est une réplique bien faible face à cette déclaration odieuse. Odieuse par ses présupposés assimilationnistes, et donc racistes, car outre s’inventer de nouveaux parents, cette injonction implique celle d’oublier ses parents et ses grand parents, de les rayer de sa mémoire, de faire table rase d’une culture décrétée indésirable.

Il ne suffit pas de rappeler la « vraie » liste de « nos ancêtres », comme l’a d’ailleurs fait bien volontiers Nicolas Sarkozy – consentant à inclure, dans la liste, « tirailleurs musulmans », « harkis » et autres méritants de la République. Car quand bien même on réécrirait l’histoire de France dans un sens plus inclusif, reste à s’interroger sur ce que signifie une histoire rabattue sur « nos ancêtres ».

Ce rapport au passé révèle une obsession de l’identité nationale, un désir maladif de la décrire et de la définir ; or on le sait, depuis le funeste débat sur « sur l’identité nationale », celle-ci est toujours destinée, en 2016 comme en 1930, à servir le but de distinguer les « bons » Français des « mauvais » Français, et à énoncer une liste limitative des « valeurs » et des « modes de vie » acceptables. Le corps politique tente d’imposer des normes à la société, de plus en plus homogénéisée, uniformisée, et donc de moins en moins civile.

Ce tropisme vers « nos ancêtres » repose sur une vision anti-démocratique, un mépris pour les droits individuels, qui consistent à dicter aux individus la nourriture, les vêtements, les lectures ou encore les croyances qu’ils doivent adopter. C’est une logique totalitaire mais aussi fascisante. Car elle prend le relais de l’idéologie d’extrême-droite qui structure la vie politique française de l’entre-deux-guerres. Dans « l’entre-deux-guerres » (quelle perspective joyeuse est induite par cette appellation !), l’exaltation barrésienne de la terre et des morts et sa célébration morbide d’un passé inventé, à l’étalon duquel tout est évalué, visent à distinguer entre les « vrais » – ceux qui s’identifient aux morts – et ceux qu’on exclut progressivement de la nation, les étrangers et les Juifs.

En dépit de cela, dit Mélenchon, le débat lancé par Nicolas Sarkozy, n’est « pas nul ». Pour celui qui se veut le candidat de la gauche de la gauche (même s’il estime aujourd’hui que le clivage gauche/droite n’est pas le plus pertinent), la question « identitaire » est pertinente – plus que la lutte contre le chômage, contre la casse des droits sociaux, ou encore contre les discriminations. C’est affligeant. Son seul désaccord avec Nicolas Sarkozy porte sur ses ancêtres à lui, qui sont ceux de 1789 : une référence historique là encore érigée en un moment univoque et indépassable, qui nous fait oublier, par exemple, que 1789 signe d’une main républicaine l’exclusion des femmes de la vie politique.

A ce sujet, il est instructif d’écouter Mélenchon jusqu’au bout : « Je préfère des gens qui savent ce qu’ils veulent, ils posent leurs idées sur la table ». Dans l’indulgence curieuse de Mélenchon pour Sarkozy, il y a aussi cet amour pour une virilité couillue. Car à l’évidence il ne s’agit pas seulement, étalées sur la table, de simples « idées ».

Voilà le débat politique qu’on nous promet : un concours de virilité, l’obsession pour « nos » morts, bref un ferme rappel pour nous, enfants égarés et sans repères, à l’obéissance et au respect que nous devons à nos papas, d’hier et d’aujourd’hui. Tout un programme… d’extrême droite.

Il faut refuser cette identité qui est morbide, fausse, excluante et conquérante. Peu d’entre nous, hormis les princes « du sang », peuvent « remonter » dans leur généalogie (une mode suspecte), jusqu’à leurs arrière-grands parents. Et là, pour s’apercevoir qu’on ne sait vraiment pas d’où ils venaient. Notre diversité ne commence pas avec les Gaulois et les Ostrogoths. Et elle ne se termine pas là, comme si après, passées les « grandes invasions », chacun.e avait une origine fixe (l’une Wisigoth et l’autre Ligure) ; et comme si, la liste des origines étant fixée pour toujours, tout ce petit monde s’entremariait benoîtement pendant les siècles des siècles. Non, d’autres gens sont arrivés, d’autres gens sont partis, ça a continué à valser dans tous les coins.

N’essayons pas de graver dans le marbre, encore moins dans la terre, des origines anciennes et certifiées qui nous donneraient des droits sur l’existence présente d’autrui. Evitons de dire : « J’étais là il y a deux mille ans » pour chasser celle qui était là il y a 50 ans ou celui qui vient d’arriver. Restons à l’échelle de nos vies. Réjouissons-nous si nous avons connu nos deux grand-mères. Et célébrons le fait que la France n’est, pas plus que les autres, un « vieux pays ».

Sylvie Tissot, Christine Delphy, 28 septembre 2016

Publié sur le site LMSI

Genre et laïcité: la responsabilité du gouvernement par Florine Lep

Par défaut

Genre et laïcité: la responsabilité du gouvernement par Florine Lep (publié dans Médiapart).

  •  12 OCT. 2016


Imaginons. Juin 2014 : le gouvernement socialiste annonce le retrait des établissements scolaires de tous les manuels de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT). Ils sont remplacés à la rentrée suivante par des livres ne mentionnant plus l’évolution. Septembre 2016 : le pape s’offusque publiquement des manuels de SVT en France qui parleraient trop d’évolution, déformant les pensées des enfants. La ministre de l’Éducation nationale lui répond qu’il est mal conseillé et que l’évolution n’apparait pas dans les manuels français.

Impossible ?

Ce qui semblerait inimaginable pour les sciences naturelles s’est pourtant produit pour les sciences sociales : le gouvernement socialiste a bien fait retirer les ABCD de l’égalité, ces outils de prévention du sexisme et de l’homophobie fondés sur les études scientifiques sur le genre, en juin 2014 ; et cette semaine, la ministre de l’Éducation nationale a bel et bien donné des garanties au pape que le genre n’était pas mentionné dans nos manuels scolaires.

Le genre, que la ministre et son gouvernement ont refusé de défendre face aux attaques de lobbys religieux réactionnaires, est un concept validé des sciences sociales. Les études sur le genre mettent à jour les processus inégalitaires qui sont à l’œuvre derrière la définition des sexes. Les résultats de ces recherches scientifiques sont donc indispensables pour lutter contre le sexisme, l’homophobie ou la transphobie.

En retirant les ABCD, en censurant le mot « genre » des documents institutionnels et des intitulés de formation, le gouvernement s’est rendu responsable d’une triple défaite : défaite de la laïcité, puisqu’il a laissé un lobby religieux réactionnaire dicter les contenus d’enseignement et les outils pédagogiques utilisé au sein de l’Éducation nationale ; défaite de la science et victoire de l’obscurantisme, puisqu’il a discrédité un concept scientifique ; défaite des droits des femmes et des personnes lesbiennes, gaies, bi et trans, puisqu’il prive l’école et la société d’outils nouveaux, destinés à combattre les préjugés et les violences contre les femmes et les minorités sexuelles.


Le Cercle des enseignant-es laïques, composé d’Anaïs Florès, Paul Guillibert, Caroline Izambert, Florine Leplâtre, Jérôme Martin, est co-auteur avec Jean Baubérot du Petit manuel pour une laïcité apaisée, La Découverte, 2016.



Citoyennes, féministes et musulmanes

Par défaut

Lettre ouverte à nos concitoyen-ne-s, par un collectif de citoyennes musulmanes*

Ce texte a déjà été publié sur le site : :


Nous sommes des femmes qui vivons et agissons en Belgique. Nos pays d’origine, nos profils, engagements et centres d’intérêt sont très divers, mais les images que l’on produit de nous nous réduisent à une seule facette de notre identité dans laquelle on nous enferme : nous sommes musulmanes.

Certaines d’entre nous se couvrent la tête d’un foulard que vous appelez « islamique ». Pour la plupart, nous sommes croyantes. Mais, toutes, nous nous sentons assignées à une identité fantasmée qui nous met systématiquement dans le même sac que des assassins. De là vient la solidarité qui nous soude aujourd’hui, notamment entre « voilées » et non « voilées ». C’est à partir de cette solidarité que nous nous adressons à vous. Et, aussi, à partir de toutes nos identités choisies, trop ignorées. Dont celle-ci : nous sommes féministes.

Nous vivons des temps difficiles. L’irruption sur le sol européen d’un terrorisme qui tue aveuglément au nom de l’islam a mis fin à l’illusion que nous pouvions nous tenir à l’écart des violences du monde. Que notre société cherche à se protéger, quoi de plus naturel ? Nos responsables répètent à l’envi qu’il faut éviter les amalgames et ne pas confondre une poignée de criminels avec la grande masse des musulman-e-s. Alors pourquoi a-t-on l’impression que c’est cette grande masse qui est systématiquement ciblée dans les discours et les pratiques ? La lamentable saga du « burkini » vient encore de l’illustrer. Tout ce vacarme pour quelques femmes qui ne se déshabillent pas comme il faudrait ! La pente naturelle de cette nouvelle hystérie française qui s’exporte déjà en Belgique, c’est l’interdiction des « signes religieux ostentatoires » dans tout l’espace public. Ça ne viserait une fois de plus que des femmes, pour l’immense majorité d’entre elles parfaitement inoffensives, et ça ne gênerait aucun terroriste en puissance. Est-ce ainsi qu’on pense éviter l’amalgame entre une toute petite minorité criminelle et l’ensemble de la population musulmane ?

En Belgique, on n’a pas attendu le « burkini » pour prendre de multiples mesures en vue de refouler hors de la vie sociale les musulmanes portant le foulard. Les interdits se multiplient dans l’emploi comme dans l’enseignement. Dernières péripéties en date : à partir de la rentrée de septembre, deux écoles fréquentées par des adultes, à Bruxelles et à Liège[1], ont changé leur règlement d’ordre intérieur pour y interdire le foulard. Cela concernera plus d’une cinquantaine d’étudiantes en cours de scolarité. La Belgique va ici plus loin que la France qui limite l’interdiction du foulard à l’enseignement secondaire. Le candidat Sarkozy, qui court derrière le Front national, a déclaré vouloir étendre cette interdiction à l’enseignement supérieur. En Belgique, c’est déjà chose faite, sans aucun débat…

Seules des femmes sont concernées par toutes ces mesures. Ça ne vous choque pas ? Pourquoi aucun des interdits ne vise les « barbus » ? Ne serait-ce pas parce qu’il y a autant de barbes musulmanes que de barbes profanes et qu’il n’existe aucun moyen infaillible pour les distinguer ? N’est-ce pas là la preuve que la neutralité d’une apparence, cela ne veut rien dire et que la neutralité ou l’impartialité résident seulement dans les actes posés ?

Nous le voyons bien : ce foulard, celui de nos mères, de nos sœurs, de nos amies vous trouble. À la lumière du long combat des féministes d’Occident, mené notamment contre l’emprise d’une Église dominante, vous ne pouvez y voir qu’une régression. Nous devons à ce combat des libertés que nos mères et nos grands-mères n’auront souvent jamais connues. Nous pouvons désormais échapper à la tutelle masculine et nous ne nous en privons pas. En particulier, aucun homme, père, frère ou mari ne pourrait se permettre de nous imposer une tenue vestimentaire contre notre volonté – même si nous savons bien que ce n’est pas une règle générale. Toutes, nous sommes pleinement le produit de notre culture européenne, même si, pour beaucoup parmi nous, celle-ci est métissée d’un ailleurs. Pour celles d’entre nous qui le portent, le foulard ne saurait être un affront aux valeurs démocratiques puisque celles-ci sont aussi les nôtres. Il ne signifie absolument pas que nous jugerions « impudiques » les femmes qui s’habillent autrement. Comme féministes, nous défendrons toujours le droit des femmes d’ici et d’ailleurs à se construire leur propre chemin de vie, contre toutes les injonctions visant à les conformer de manière autoritaire à des prescriptions normatives.

Vous affirmez souvent que nos foulards sont des signes religieux. Mais qu’en savez-vous ? Certaines d’entre nous sont croyantes et pourtant ne le portent pas, ou plus. D’autres le portent dans la continuité d’un travail spirituel, ou par affirmation identitaire. D’autres encore par fidélité aux femmes de leur famille auxquelles ce foulard les relie. Souvent, toutes ces motivations s’imbriquent, s’enchaînent, évoluent dans le temps. Cette pluralité se traduit également dans les multiples manières de le porter. Pourquoi les femmes musulmanes échapperaient-elles à la diversité qui peut s’observer dans tous les groupes humains ?

Pourquoi vous raconter tout cela ? Pour que, à partir d’une meilleure compréhension mutuelle, nous puissions devenir vraiment des allié-e-s. Car nous ne serons jamais trop nombreuses pour combattre les injustices et les inégalités en tout genre, à commencer par celles qui frappent les femmes. Pour que vous cessiez de considérer celles d’entre nous qui portent le foulard comme, au choix, des mineures sous influence, des idiotes utiles ou des militantes perfides d’un dogme archaïque. Pour vous donner envie de nous rencontrer – toutes, et pas seulement celles qui ont les cheveux à l’air –, au lieu de nous tenir à l’écart et de nous contraindre ainsi au repli communautaire. Nous voulons vraiment faire société ensemble, avec nos ressemblances et nos différences. Chiche ?
* Sema Aydogan, Serpil Aygun, Layla Azzouzi, Malaa Ben Azzuz, Ouardia Derriche, Farah El Heilani, Khalissa El Abbadi, Tamimount Essaidi, Maria Florez Lopez, Marie Fontaine, Seyma Gelen, Malika Hamidi, Ihsane Haouach, Khaddija Haourigui, Eva Maria Jimenez Lamas, Julie Pascoët, Farida Tahar


Contact :

[1] L’Institut d’enseignement de promotion sociale d’Uccle (Bruxelles), qui dépend de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et la Haute école de la province de Liège, qui dépend du pouvoir provincial. La plupart des Hautes écoles de l’enseignement officiel disposent déjà de tels règlements, ainsi – et c’est peut-être encore plus grave – que de très nombreux établissements de promotion sociale.

Non François Hollande, nous ne « vivons » pas « ensemble »

Par défaut

Non François Hollande, ne vous en déplaise, nous ne « vivons » pas « ensemble » par Ludivine Bantigny


La France ! France aux mille vertus, France éternelle et universelle, France qu’un peu partout on vénère, à laquelle on fait appel. Hollande l’a déclinée sur tous les tons dans son discours sur « la démocratie face au terrorisme » prononcé le 8 septembre à Paris. France de la fraternité et de l’égalité ; France qui défend les libertés ; celle dont on peut être fier.e ; celle qu’on évoque par toute la Terre avec émotion et respect. « Je vois dans les yeux de tous les peuples que je peux rencontrer, ou de leurs représentants, cet éclair chaque fois qu’il est question de la France », a confié le candidat-président. Cette arrogance nationale, orgueil de coq français, rappelle à bas bruit le discours d’Albi : « là enfin où la France est établie, on l’aime, que là où elle n’a fait que passer, on la regrette ; que partout où sa lumière resplendit, elle est bienfaisante ; que là où elle ne brille plus, elle a laissé derrière elle un long et doux crépuscule où les regards et les cœurs restent attachés ». Ces mots candides et grandiloquents, caractéristiques d’une époque aux certitudes coloniales chevillées, c’était le « jeune Jaurès » qui les prononçait, celui de 1884, celui qui n’avait pas mesuré encore les ravages et les pillages d’une France dominatrice qu’il allait plus tard condamner. François Hollande, lui, en est resté à cette image, celle d’une France qui n’est plus impériale mais demeure impérialiste. La France, une et unique comme on sait, est bien plus encore : l’essence de la pensée, celle où le futur peut se dire. Car dans la bouche du président, « la France c’est l’idée, c’est l’avenir ».

« Vive la République, vive la France ». Ce ne sont plus seulement des mots usés prononcés rituellement à la fin de discours policés, c’est un credo et – contrairement à ce qui est exhibé – un ferment de division. François Hollande manipule dangereusement « l’idée de patrie » qui renvoie selon lui à une question : « pourquoi nous nous battons ». Ça va de soi, il ne nous parlera pas d’Areva ; ni de Total ; ni de pipelines ; ni des intérêts économiques français.

Dans un tel discours, l’essentiel se loge dans les périphrases, les silences gênés, les expressions contournées. Il se loge même peut-être dans les participes passés… Tels ces « chaos qui sont créés ». Si donc l’on résume, des « chaos sont créés », les Occidentaux interviennent, leur puissant bras armé vainc ardemment les méchants et « les démocraties gagnent toujours les guerres ». C’est bien connu, de l’Indochine à l’Algérie, de l’Irak à la Libye. Comment ces chaos sont-ils « créés », c’est ce qu’Hollande préfère taire – sinon, sa politique vacille et avec elle sa rhétorique guerrière. Il y a la « barbarie » et « les trafics de toutes sortes » qui la financent. Mais pas les trafics du troisième exportateur mondial abreuvant en armes sophistiquées des régimes que François Hollande pudiquement oublie souvent de mentionner. L’Arabie saoudite par exemple. L’attachement du président français au patrimoine mondial de l’humanité, encore une fois ardemment rappelé, est à géométrie variable : flexible, modulable. Ces derniers mois, en plus d’assassiner, de décapiter, de faire lapider, le régime saoudien soutenu par la France qu’elle arme sans compter a bombardé et détruit cinquante-deux sites archéologiques au Yémen. Qu’à cela ne tienne. Le président le certifie : « Les démocraties gagnent toujours les guerres » ; « leur victoire est inéluctable ». « C’est ainsi que les dictateurs se sont trouvés désarçonnés, renversés ». Mais pas (encore) les Ali Bongo, Idriss Déby, Faure Gnasingbe, bras-dessus bras-dessous avec d’autres grands démocrates à la marche d’un certain 11 janvier.

Discours acidulé, à l’image de ces militaires surarmés qu’on voit désormais aux quatre coins de nos rues, sur les affiches des métros et même en photo sur les tables des cafés. « En se battant en pays étranger, nos armées nous défendent ». Et si c’était exactement le contraire ? Si les bombes déversées étaient des bombes à retardement ? Si les guerres d’ingérence ne faisaient qu’alimenter la spirale infernale de la violence et de la vengeance ?

Dans ce genre de discours, l’orateur n’en est pas à une contradiction près. Intéressante circularité… Ici Hollande nous dit : « Il est tellement plus simple de convoquer les peurs » ; mais il ne fait que les alimenter en martelant que c’est la guerre et qu’il faut la mener sans faire de quartier. Il assure aussi ne pas demander davantage aux musulman.e.s qu’aux autres citoyens français – tout en leur enjoignant « de faire reculer l’islam radical et l’obscurantisme ». On n’avait pourtant pas demandé aux chrétiens de faire reculer la terreur blanche au moment du massacre perpétré par Anders Breivik. Hollande nous dit aussi qu’il est contre l’« Etat d’exclusion ». L’homme de l’état d’urgence, l’homme qui a tenté la déchéance de nationalité, n’a pas contredit son Premier ministre quand celui-ci a déclaré à propos des femmes portant le burkini : « Face aux provocations, la République doit se défendre. […] Je soutiens donc ceux qui ont pris des arrêtés, s’ils sont motivés par la volonté d’encourager le vivre ensemble ».

Et voilà qu’il resurgit, ce fameux, sirupeux, doucereux « vivre ensemble », ce « vivre en commun » du discours de Hollande. Le même Manuel Valls avait asséné il y a trois ans : « Le voile est pour moi un combat essentiel ». Remplaçons, le temps d’un instant, « voile » par « chômage », « précarité », « pauvreté », « mal-logement », « racisme », « discriminations », « inégalités », « harcèlement au travail ». L’effet politique ne serait pas mal – mais ce ne serait plus du Valls.

Le « vivre ensemble » est un mot de passe dont le rabâchage n’a d’égal que son inconséquence, un de ces mots creux qui tournent en boucle pour mieux faire oublier son hypocrite inconsistance. François Hollande (nom commun aux puissants de ce monde), pensez-vous vraiment vivre avec les migrants de Calais ? Avec les réfugiés, avec les Roms, avec les sans-papiers raflés et expulsés ? France de la fraternité, a répété le président. François Hollande, pensez-vous vivre avec cette factrice victime d’un AVC parce que son employeur avait exercé sur elle un ignoble chantage pour la forcer à travailler malgré le mal qui la guettait ? Avec Franck, ce caissier licencié pour une erreur de caisse de 18 euros ? Avec le million de personnes devenues pauvres en France depuis 2008 selon l’INSEE ? « France de l’égalité » selon les mots impudents du président. Ou bien encore avec Adama Traoré ? Avec cette jeune femme serbe et son bébé placés hier dans un centre de rétention ? Avec les travailleurs de Goodyear condamnés à deux ans de prison ? « France de la liberté », insiste le maître de l’Elysée.

Ou bien avec ces femmes obligées par des polices municipales d’ôter leur vêtement sur une plage ? Que l’on sache, on n’a jamais forcé une religieuse à retirer sa guimpe et à enlever son voile. Si elle n’était aussi humiliante et odieuse, insupportable tant elle est honteuse, la sale affaire des arrêtés anti-burkinis pourrait être grotesque tant on y mesure le fossé entre l’essentiel et le dérisoire, entre ce que les puissants montrent du doigt et ce qu’ils ne veulent surtout pas voir.

Le chef de l’Etat a conclu sur un ton inquiétant : « Le danger, je vous l’ai dit, c’est que la France puisse à un moment douter d’elle-même ou se diviser. » Mais le danger n’est pas où François Hollande le met. Qu’ici, en France, on se prenne à douter de la fausse justesse de ces guerres et de ces interventions militaires serait plutôt salutaire.

Vers un racisme (vraiment) français ?

Par défaut

Vers un racisme (vraiment) français ?

Par Gérard Noiriel, historien, avec l’aimable permission de l’auteur. Publié d’abord dans le Monde du 25.09.16.

Les politiciens de tous bords se ­livrent aujourd’hui une concurrence effrénée pour capter les pulsions sécuritaires et xénophobes qui traversent l’opinion. Ce phénomène n’est pas inédit. Il s’est déjà produit dans les années 1930.

Dès le début de cette décennie, la droite et l’extrême droite rendent les immigrés responsables de la très grave dépression économique qui vient d’éclater. La France ferme ses frontières, mais des centaines de milliers de migrants fuyant les régimes totalitaires tentent de trouver refuge dans le pays des droits de l’homme. La crise sociale et les antagonismes politiques alimentent une violence dans laquelle sont impliqués parfois des étrangers.

En 1932, le président de la République française, Paul Doumer, est assassiné par un réfugié russe ; en 1934, le ministre des affaires étrangères, Louis Barthou, périt dans un attentat commis par les membres d’une organisation terroriste originaire des Balkans.

La même année, Alexandre Stavisky, fils d’un réfugié juif ukrainien, principal instigateur d’un immense scandale ­politico-financier, est retrouvé mort dans le chalet où il se cachait. C’est l’étincelle qui déclenche les émeutes antiparlementaires orchestrées par l’extrême droite le 6 février 1934. La fusillade fait plusieurs dizaines de morts et 2 000 blessés.

Amalgame et surenchère

Ces événements extérieurs et intérieurs alimentent un sentiment croissant d’insécurité, sentiment manipulé par les journalistes et les politiciens qui pratiquent l’amalgame en incriminant l’ensemble des étrangers vivant en France.

Les élus de droite et d’extrême droite se lancent alors dans une surenchère de mesures xénophobes. La loi du 10 août 1932 autorise la mise en œuvre de quotas de travailleurs étrangers dans certaines branches d’activité. Pour satisfaire ceux qui ne veulent plus d’immigrés dans leur commune, on entrave ensuite leurs déplacements grâce à des cartes de séjour dont la validité est limitée à un seul département.

En 1934, est adoptée une loi qui exclut les nouveaux naturalisés de la profession d’avocat, sous prétexte que « la culture française et le génie de la race [leur] sont inconnus ». L’année suivante, la mesure est étendue au corps médical.

La victoire du Front populaire marque une pause dans ces dérives. Mais elle exacerbe les haines de l’extrême droite. Cette dernière s’attaque à ceux qui ne veulent pas s’assimiler, qui n’ont pas de beaux noms français, bref, qui ne sont pas de vrais descendants des Gaulois.

Le fossé entre « eux » et « nous » se déplace de la nationalité (Français/étrangers) vers la religion (chrétiens/juifs). Le 6 juin 1936, Léon Blum, le nouveau chef du gouvernement du Front populaire, est insulté à la Chambre des députés par Xavier Vallat, l’un des leaders de la droite républicaine : « Pour gouverner cette nation paysanne qu’est la France, il vaut mieux avoir quelqu’un dont les origines, si modestes soient-elles, se perdent dans les entrailles de notre sol, qu’un talmudiste subtil. »

« Français de fraîche date »

La gauche au pouvoir n’étant pas parvenue à résoudre la crise, certains de ses plus éminents représentants finissent par se rallier aux positions de la droite national-sécuritaire. A la fin de l’année 1938, Edouard Daladier, dirigeant du Parti radical, qui avait été l’un des principaux artisans du rassemblement des forces du Front populaire (dont il a été lui-même ministre), promulgue des ­décrets-lois qui légalisent l’internement des « indésirables étrangers » dans des camps.

Il s’attaque également aux Français naturalisés, qui sont désormais exclus de la fonction publique et du barreau pendant dix ans et privés du droit de vote pendant cinq ans. La loi de 1927 sur la déchéance de nationalité est aggravée pour atteindre tous ceux qui commettent des actes jugés « incompatibles avec la qualité de citoyens français ».

Ces mesures créent une catégorie de citoyens de seconde zone (ceux que les journaux appellent les « Français de fraîche date »). Mais comme la menace et les discours sur la menace n’ont pas disparu pour autant, l’extrême droite a beau jeu de reprocher à Daladier son « laxisme ».

Il faut aller encore plus loin. Après la nationalité, la religion, les racines, il ne reste plus qu’un échelon sur l’échelle des assignations identitaires, celui de la « race française ». C’est elle qu’il convient désormais de protéger.

Défendre « l’identité nationale »

Le mot « racisme » désignait, à cette époque, un programme (ou un projet) politique révolutionnaire, calqué sur le programme politique marxiste, sauf que la lutte des classes était remplacée par la lutte des races.

Jusque-là, les politiciens français avaient toujours condam­né le racisme, car il était considéré comme une invention allemande. Se dire publiquement « raciste », c’était donc briser un tabou, franchir un palier, en prouvant ainsi à l’opinion qu’on allait enfin « nettoyer les écuries d’Augias ». Mais il fallait néanmoins éviter d’apparaître comme un émule d’Hitler. C’est pourquoi l’innovation consistera à revendiquer un « racisme français ».

En mars 1939, l’avocat René Gontier est le premier à publier un livre exposant explicitement ce nouveau programme politique (Vers un racisme français, éd. Denoël). Il défend un racisme qu’il juge compatible avec les idéaux républicains des droits de l’homme. « Ce racisme français est un aspect de la défense nationale. Il diffère du racisme allemand car le Français est humaniste d’instinct. » (sic !) Il poursuit : « Racisme, je le répète, ne signifie pas asservissement d’une race par une autre, mais bien respect de toutes les races dont la fusion n’est pas à souhaiter. »

Le racisme français prôné par Gontier vise à défendre « l’identité nationale » en prenant des mesures contre les deux menaces mortelles qui, selon lui, pèsent sur elle.

Menace coloniale et juive

La première concerne les migrations coloniales. « Nos sujets coloniaux viendront plus nombreux dans la métropole et seront tentés d’y rester. Alors on ne verra plus le vrai visage de la France, ­nation blanche, mais celui d’une France métisse. Que l’esprit le plus fermé à l’idée d’un tel péril évoque cette France future. Le poète noir de Champagne ressemblera-t-il à Racine ou à Molière ? Et le philo­sophe jaune rappellera-t-il Descartes ou Auguste Comte ? Si la France n’adopte pas un régime raciste sage, j’estime que le ­génie de notre peuple est gravement ­ menacé. »

Il faut noter que, pour Gontier, la menace coloniale ne concerne pas les Arabes, car l’islam n’a pas encore été placé au centre du discours national-sécuritaire. « Parmi les sujets assimilables, on rangera les Arabes et les Berbères. Véritables Blancs, leur mélange avec les Français n’offre aucun danger. C’est donc les Jaunes et les Noirs qui devront être déclarés racialement inassimilables, leur intrusion dans le peuple français risquant d’en modifier la composition. »

La seconde menace, la plus grave aux yeux de Gontier, ­concerne les juifs, présentés comme les ennemis de l’intérieur. Ce n’est pas leur religion qu’il incrimine, mais leurs caractéristiques raciales ainsi définies : « En leur qualité de Blancs métissés de sang nègre et jaune, le mélange des juifs avec les Français est à réprouver. Aucun lot de gènes inassimilables ne doit pénétrer dans le corps national. »

Gontier relaye ainsi l’antisémitisme extrêmement répandu chez les médecins et les avocats, qui accusent les juifs d’avoir colonisé les professions libérales et la fonction publique.

Machine infernale

Gontier prône des solutions radicales afin d’anéantir définitivement les menaces qui pèsent sur l’identité française. Pour se protéger des migrants issus de l’empire colonial, il propose une loi rédigée ainsi : « La qualité de citoyen ne peut être accordée qu’aux personnes de race blanche. Elle ne le sera point aux personnes de couleur et aux métis ».

Pour en finir avec les ennemis de l’intérieur, il ébauche un projet de statut excluant les juifs de la fonction publique.

Le volet antisémite du « racisme français » défendu par Gontier sera appliqué par le gouvernement de Vichy. La loi sur le statut des juifs sera en effet adoptée le 3 octobre 1940. Son livre deviendra la référence privilégiée des francistes de Marcel Bucard, mouvement qui sombrera dans la collaboration active avec les nazis, et de Louis Darquier de Pellepoix, le sinistre directeur du Commissariat général aux questions juives. Il faudra une guerre mondiale et plusieurs dizaines de millions de morts pour enrayer cette machine infernale.

Il ne s’agit pas d’affirmer ici que la France actuelle serait dans une situation comparable à celle des années 1930. Ce rappel historique met néanmoins en relief le danger mortel auquel sont exposées nos démocraties quand elles sont confrontées à d’incessantes surenchères sécuritaires et identitaires.

A tous ceux (journalistes, politiciens, experts…) qui colonisent aujourd’hui l’espace public pour alimenter à nouveau ces discours, l’historien peut simplement répondre : « Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenus. »


LES MOTS QUI MANQUENT par Christine Delphy

Par défaut

On attendait depuis longtemps un rapport officiel qui reconnaisse les discriminations raciales. Mais l’Etat, soi-disant pressé de s’en défaire, les a combattues en s’en défaisant littéralement : en les niant. Et, entre autres manœuvres, en interdisant les « statistiques ethniques » qui risquaient de « créer » des races. Des « races » dans notre pays, qu’à Dieu ne plaise! C’est bon pour les Américains! Et comme ça, sans statistiques, eh bien on ne pouvait pas savoir ce qui se passe « en vrai », en particulier dans le domaine de la discrimination qui, appréhendée par des « cas singuliers », pouvait toujours être contestée par l’évocation d’autres « cas singuliers ». Pourtant, depuis les années 1990, des tentatives ont été faites (par Martine Aubry  par exemple) d’établir des observatoires (à la suite de multiples injonctions faites à tous les pays d’Europe de lutter contre la discrimination raciale); mais ceux-ci ont tous été démantelés dans les six mois suivant leur création. Les recherches des sociologues et démographes–comme celles de l’équipe de Patrick Simon de l’INED, « Trajectoires et origines »– sur un échantillon conséquent,  montrent clairement la discrimination à l’oeuvre à l’égard des Africains du Nord et du Sud dans l’éducation nationale (seuls 50% des enfants d’Algériens réussissent le bac, soit deux fois moins que la population générale de l’échantillon). Mais les media, qui auraient du se réjouir, ont ignoré ce travail de plusieurs années. Les mêmes media se moquent de la parole de François Héran, directeur de l’INED, selon qui les immigrants d’immigrés d’Afrique du Nord et leurs descendants composent aujourd’hui 40% de la population française.

Mais que leur importe, à ces media?

Quand on lit les articles et les commentaires sur les sujet brûlants du burkini, du « voile », ou du porc à l’école, un mot manque quasiment partout : DISCRIMINATION. On entend parler de tout sauf de ça. Les lecteurs de ces media ont lu le Coran, et basta, ça leur suffit. Ils décrètent qu’il existe toute une population (40% d’entre nous) qui, shootée à l’islam– et le Coran, c’est l’islam– ne pense qu’à égorger les infidèles, c’est-à-dire les lecteurs, et n’a donc pas sa place en France, ni en Corse. Sauf si elle se convertit rapidement à la laïcité, qui pour la majorité des lecteurs, est synonyme d’athéisme. Ils ont lu le Coran, mais n’ont pas eu le temps de lire la loi de 1905. Et là, je parle des lecteurs moyens, pas des journalistes comme Zemmour, ou des politiques comme Valls ou « Les républicains ».

Et quand ils ont fini, ces lecteurs, de dégoiser sur le Coran comme le bon médecin du Malade imaginaire–« le Coran, le Coran vous dis-je! »– ils s’embarquent dans de grands développements qui restent des abstractions tout au long de leur discours : la Révolution (celle de 1789), la République, la Nation, indivisible etc.

Et depuis les attentats de 2015, c’est pire. Surtout évidemment dans les media de droite (mais il y en a peu d’autres).On dirait que l’islam vient de débarquer en France seulement en 2015, et uniquement sous la forme de tueurs. C’est pourquoi il est urgent de se débarrasser de l’islam, de tout islam; et d’abord de mettre le peu qui en restera acceptable après que le surveillant l’ait corrigé, sous la coupe de celui-ci. Le surveillant, c’est M. Chevènement, qui a voyagé au Caire il y a quarante ans et donc sait de quoi il parle. A peine arrivé, en bon maître d’internat, il demande aux Musulmans de la « discrétion » (et de ranger leur chambre). C’est vrai qu’ils ne sont pas discrets. Enfin, pas assez. Il faudrait qu’outre manger du porc et accepter des boulots largement en dessous de leurs qualifications, ils changent de tête. Car, comme l’a dit une femme, sans doute « française de souche »–laquelle souche (gauloise, wisigothe, vandale, polonaise, espagnole, autre?… algérienne ???) n’est pas précisée–: « J’ai discuté avec une femme, dit-elle, ça ne se voyait pas du tout qu’elle était musulmane, sauf sa tête ».

 Eh oui, il y a des têtes de musulmans, et curieusement, ce sont les mêmes que les têtes d’Arabes. Comme l’écrivait déjà Saïd Bouamama[i] en 2004, le vieux racisme anti-arabe a opéré un virage pour se donner une nouvelle figure ; il s’est maquillé en critique de la religion musulmane.

Jamais un article sur les Boudhistes, ou sur les Témoins de Jéhovah, ou sur les Mormons polygames , ni sur les Chrétiens. Ceux-ci ont un statut d’exception : pas de déclarations horrifiées pour défendre la laïcité quand les catholiques ont fait une manif (pardon, une procession) monstre dans la rue lors de la visite du pape au printemps 2016, mais des unes glorifiant sans vergogne la reconquête de l’Occident par Not’ François.

En revanche, 45 ans de « critiques » et de « questions » fort légitimes d’aspect, mais qui tapent toujours, semaine après semaine sur le même âne : L’Islam .Est-il compatible avec la République/la démocratie/la France ? ». La question est rhétorique, il va de soi que la réponse est « Non ». Une offensive médiatique de longue durée[ii], et qui n’est pas finie, loin de là, qui ne fait que s’aggraver. On entend dire : « la parole raciste s’est libérée ». Comme si elle s’était libérée toute seule, sans l’aide des hebdos, des émissions qui donnent  tous les jours la parole aux prêcheurs de haine, sans l’aide des politiques. Comment s’étonner que les gens ordinaires deviennent méfiants quand tous les jours on leur fait peur ? Et qu’en plus, ils n’ont jamais aimé les « bougnoules », « ratons », « melons », « bicots », « crouilles »,etc., là ce ne sont pas les mots qui manquent.

Depuis les attentats de 2015, on se demande : « Pourquoi de jeunes Français en sont venus à tuer d’autres jeunes Français ? ». Et on nous donne des réponses toutes faites. On nous dit : « ils sont fous ». On nous dit: « ils se sont radicalisés ». Mais de quoi sont-ils devenus des « radicaux » ? On ne part pas de rien pour devenir extrémiste (par exemple, Sarkosy, avant de devenir carrément fou, il était déjà de droite). Se radicaliser, c’est aller plus loin. Personne n’aborde la question de ce noyau, de cette graine qui a poussé. Parfois, au détour d’une phrase, on entend ou on lit : «c’est pour exprimer leur rébellion/colère ». Mais rébellion, colère contre quoi ?

Discrimination, voilà le premier mot qui manque. Mais ce n’est pas le seul. Car être discriminé, c’est être rejeté (d’où que ce soit) pour de mauvaises raisons, de surcroît– en théorie–illégales. Alors, si certes on regrette profondément le résultat de la discrimination, ce n’est pas la première émotion qu’on ressent. Pour ce qu’on ressent d’abord, un autre mot est nécessaire, qui, lui, est totalement absent des articles comme des commentaires : HUMILIATION.

On m’a jugé.e indigne. A cause de ma race, de mon sexe, de mes « origines », quand on m’avait promis que je serais estimé.e pour ce dont je suis responsable ; pas de mon sexe, de ma couleur de peau, de mes parents. C’est ça, qui est « moi », sans être de moi, qu’on a jugé.e indigne.

Et l’humiliation, elle, demeure. On ne peut pas faire qu’elle n’ait pas existé. Elle survit en vous, à peine atténuée par le temps qui passe. Si on lit rarement « discrimination », on ne lit jamais la blessure qu’elle provoque au milieu de la personne. Et dont elle ne peut pas parler.

Et en parler à qui ? S’en plaindre à qui ? Pour risquer une autre humiliation ?

« J’ai subi des injures raciales alors que j’étais en poste. Je m’en suis plainte à la direction qui s’est moquée de moi en me disant que je manquais d’humour ».

Des effets de la discrimination, le rapport Toubon parle, de la perte de confiance en soi, pour commencer ; mais pas de ce qui vient avant, du premier effet, celui qui cause la perte de confiance en soi : avoir été rabaissé.e, jugé.e indigne. Avoir été humilié.e.

Et puis du fait que les humiliations sont bien plus nombreuses que les discriminations. Il suffit de lire ce qu’en disent les femmes qu’on prétend voilées parce qu’elles portent un foulard, qui sont agressées verbalement, quand elles ne reçoivent pas des crachats, dans la rue, dans les transports publics.[iii]

Il n’est pas nécessaire de discriminer (et ce n’est pas à la portée de toute le monde) pour humilier— ça c’est à la portée de tout le monde.

Et pourtant, si on faisait un peu plus attention aux personnes qu’on (vous, moi, le patron, le mari, l’institutrice, le douanier, l’Etat) a humiliées, on comprendrait un peu mieux pourquoi on vit sur un volcan, un volcan que nous avons édifié.

[i] Saïd Bouamama, L’affaire du foulard islamique: la construction d’un racisme respectable, 2004.

[ii]Thomas Deltombe, L’islam imaginaire: La construction médiatique de l’islamophobie en France, 2005.

[iii] Pierre Tévanian et Ismahane Chouder, Les filles voilées parlent, 2008.