Il y a encore des vrais hommes

Par défaut

 

3064966lpw-3065005-article-jpg_3391403_660x281

 

 

 

 

 

 

 

Parfois on croit qu’ils n’existent plus, ces vrais hommes qui dans les films des années cinquante et soixante, savent si bien manier les femmes, les orienter, les guider, les palper, les manipuler. Hier je regardais Domicile conjugal, le dernier opus de la série de Truffaut sur « Antoine Doinel ». Antoine n’a pas vraiment l’air d’un vrai homme ; il est plutôt embarrassé de son corps, mais il a quand même été bien éduqué. Une voisine vient chez eux (dans le domicile conjugal) et il s’agit de passer une porte qu’Antoine a défoncée mais dont la moitié inférieure est encore en vie ; et voilà-t’y pas que notre Antoine, il la prend par les épaules, puis la pousse par les hanches, et finalement, d’épaules en taille, et de taille en hanches, il la manipule magistralement et c’est ainsi que la voisine franchit l’obstacle qui mesure bien 30 centimètres.

Evidemment, ça ne vaut pas les films des années (voir plus haut) où dès qu’il se présente une porte, même grande ouverte, l’homme—enfin celui du plan—appuie sur le dos de la femme pour la faire passer dans la porte (et pas à côté). Avant ce plan, elle entrait seule dans les restaurants, portes ou pas portes, mais l’homme, qui ne le sait pas, a peur qu’elle se flanque le nez sur le chambranle. Eh bien, on a encore ce genre d’hommes. Dans notre gouvernement même. Le Valls, il a peur aussi : que Mme El Khomri, elle trébuche au milieu des fauteuils, ou qu’elle oublie un des trucs qu’il lui a dit, et répété, et fait répéter, sur la loi « travail » ; qu’elle gaffe quoi ; car il y a le trébuchement « au propre » et le trébuchement « au figuré », et les femmes font les deux.

Et le voilà toute prévoyance, l’encerclant de bras virils, pour qu’elle ne tombe ni à droite ni surtout à gauche. Car la manipulation, comme le trébuchement, a un sens propre et un sens figuré, et les hommes font les deux. Et, parlant de mettre les femmes en place—ou à leur place– est-ce qu’il l’appelle chère collègue, Mme El Khomri, ou Myriam et parfois Meriem parce qu’il «  ne retient pas bien les prénoms bretons » ?

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s